Une bonne culture d’entreprise pour une bonne culture client - Swissmem Academy

Une bonne culture d’entreprise pour une bonne culture client

Auteur : Daniel Schweizer, Manager de formation, Swissmem Academy

17.05.19

Dans une culture d’entreprise où les collaborateurs peuvent se montrer indépendants, les portes sont grandes ouvertes à la créativité. La collaboration gagne en qualité et ainsi le potentiel des collaborateurs augmente dans toute l’entreprise.

Par le passé, les entrepreneurs investissaient du temps et de l’énergie dans l’optimisation de leurs processus et de leurs déroulements. Le but était d'augmenter l'efficience. En Suisse, de nombreuses entreprises se sont ainsi hissées à la pointe mondiale. L’étude « Digitale Transformation KMU Schweiz » de novembre 2017 confirme que 82% des participants pensent que des processus plus efficients sont le moteur de la transformation numérique.

 

Un point important de la numérisation réside dans le fait que la technique assume toujours plus la gestion et le contrôle des processus. Là où auparavant les managers coordonnaient et dirigeaient les processus techniques, ces tâches sont dorénavant gérées par des machines.  

 

Dorénavant, on recherche des personnes qui savent diriger, des personnes qui ont une vision globale, qui savent penser de manière créative. Ce qui nous amène à la question : qu’est-ce qui vient après l’efficience des processus ? Nous sommes convaincus qu’une partie de la réponse réside dans un investissement conscient de la culture d’entreprise.  Environ 70% ont mentionné dans l’étude précitée que la transformation numérique a une influence sur la culture d’entreprise. C'est pourquoi il faut des gens qui montrent de l’empathie, qui sachent travailler en équipe, qui soient indépendants et qui aient un sens des responsabilités. (Anders Indset, HR Today 5/2019)

 

Il est souvent plus facile de parler des faits tels que les processus, les unités de temps et les quantités que de la culture d’entreprise. La définition, soit la description de la culture d'entreprise est à peine palpable parce que le comportement, la manière de sentir et de penser des collaborateurs constituent la culture. Une culture d’entreprise se voit aux valeurs et normes communes qui sont vécues au quotidien.

Les réflexions qui suivent soutiennent les entreprises dans leur conception active de la culture d'entreprise :

  1. Le travail à la culture d’entreprise est un processus constant qui ne prend jamais fin.  Les cadres ne cessent jamais de s’investir dans la culture d’entreprise parce que les prestations de pointe sont obtenues dans un bon climat d’entreprise.
  2. De nos jours, la performance et la viabilité d’une entreprise dépend de manière décisive de la manière de collaborer des différentes équipes et des collaborateurs.  Il faut des cadres qui soient prêts à interroger les personnes dans leur entreprise sur la collaboration. Celui qui se penche franchement sur les résultats et applique les mesures, augmente le potentiel de toute l’entreprise.
  3. Le philosophe économique Anders Indset explique dans un entretien avec la revue HR-Today (5/2019) qu’il faut du courage pour travailler à la culture d’entreprise. Indset déclare qu’il s’agit d’un nouveau genre de leadership : les cadres comprennent que les compétences non techniques sont en fait les compétences spécialisées.  Les rôles et les hiérarchies changent voire disparaissent même. Les cadres sont sollicités en tant que personne entière : si la définition de la position dans la hiérarchie s’atténue toujours plus, il en va de la personnalité, du comportement et du caractère. Celui qui peut lâcher prise et est prêt à se remettre sans cesse en question, contribue à la promotion de la culture d’entreprise.
  4. La culture d’entreprise est essentiellement conçue et portée par la communication. Chaque personne de l’entreprise est responsable de la communication. Le philosophe juif Martin Buber écrit à ce sujet : il n’y a de vraies réponses que là où il y a de vraies réponses. Des réponses à quoi ? À ce qui arrive, à ce qui nous est donné de voir, d'entendre et de sentir. Là où nous parvenons à exprimer dans l’entreprise ce que nous voyons, entendons et sentons contribue activement à concevoir la culture d'entreprise. 

 

Conclusion

Dans une culture d’entreprise où les collaborateurs peuvent se montrer indépendants, les portes sont grandes ouvertes à la créativité. La collaboration gagne en qualité et ainsi le potentiel des collaborateurs augmente dans toute l’entreprise. Autre chose : en se penchant sur la culture d’entreprise, il y a toujours le risque que nous perdions de vue la tâche principale.  Il faut toujours rappeler que lors du travail à la culture d'entreprise il en va finalement de la « culture client ».  Là où les collaborateurs travaillent bien à l’interne, ils s'engagent pour des solutions adéquates pour les clients.